Les axes de recherche de l’Ineris sur le chauffage au bois

La question des performances environnementales du chauffage au bois n’est pas étudiée par l’Institut sous le seul angle des équipements de chauffage. L’Institut dispose d’une large expertise sur les émissions de polluants.

L’Ineris étudie la question des performances environnementales du chauffage au bois sous plusieurs angles :

  • acquérir une meilleure connaissance des émissions, en conditions réelles de fonctionnement des appareils domestiques ;
  • évaluer les méthodes de mesure des émissions pour les perfectionner et aider à homogénéiser les pratiques au niveau français et européen notamment par l’organisation de campagnes d’inter-comparaisons ;
  • comprendre les mécanismes de transformation des polluants émis par les appareils dans l’atmosphère, au plus proche de la source d’émission ;
  • étudier les conditions de combustion pour améliorer les performances des appareils de chauffage ;

évaluer les performances des techniques de réduction des émissions.

Evaluer des méthodes de mesures des polluants

enpme_test_2.jpg

Essais Intercomparaisons

Le projet européen EN_PME_Test (2012-2015) coordonné par l’Ineris a permis de proposer une méthode de mesure des particules émises par les appareils de chauffage domestique. En effet, plusieurs méthodes sont aujourd’hui utilisées dans les différents pays européens, rendant ainsi difficile la comparaison des résultats. Ce travail a été soutenu par le Comité européen de normalisation (CEN) dans le cadre de discussions sur le choix d’une méthode commune (comité technique TC 295 GT5). Les différentes méthodes candidates ont été évaluées sur le banc d’essai à l’émission de l’Ineris, qui permet de réaliser des essais inter-laboratoires. La surveillance de la qualité de l’air passe nécessairement par des méthodes de mesure des polluants capables de produire des données fiables. Les essais d’inter-comparaison permettent aux laboratoires d’analyse d’évaluer et valider les performances de leurs méthodes.

Etudier les mécanismes de formation des polluants

champrobois_4.jpg

Projet Champrobois

Le projet Champrobois (2012-2015) a permis d’étudier le devenir d’un aérosol (particules en suspension dans l’air) émis par un foyer domestique alimenté en bois, en particulier le comportement des particules fines (PM2,5) et de leurs composants (carbone suie, matière organique, hydrocarbures aromatiques polycycliques et dérivés oxygénés et nitrés…). En effet, les particules subissent des processus de transformation physico-chimiques en sortie de cheminée, sous l’effet du refroidissement et de la dilution des fumées lorsqu’elles entrent dans l’air ambiant. Les résultats obtenus ont montré, immédiatement à la sortie de la cheminée, une condensation de certains composés semi-volatiles et la formation très rapide de particules « secondaires », qui contribuent de façon substantielle à la pollution atmosphérique.
 

Ces travaux ont été conduits dans des conditions proches des conditions réelles au moyen d’un dispositif d’essai innovant conçu sur mesure et installé sur la plateforme incendie de l’Ineris.