Risques sanitaires

L’évaluation des risques sanitaires vise à prévenir et à gérer, sur le long terme, le risque potentiel encouru par une population vivant à proximité de sources de pollution.
Cette évaluation contribue à la mise en place de mesures de gestion proportionnées (valeurs limites d’émission plans de réduction des émissions et de surveillance, etc.. ) .

Concevoir des outils et des méthodologies

L’Ineris a très tôt travaillé sur l’impact sanitaire et environnemental des sites industriels pour ensuite élargir sa réflexion vers une démarche territorialisée de l’évaluation des risques. L’un des fondements de cette approche intégrative repose sur son savoir-faire en matière d’évaluation de l’exposition des populations aux polluants chimiques. L’Institut développe et met à disposition des acteurs de la santé-environnement des outils et des méthodologies adaptés à chaque situation.

L’Ineris a développé l’outil de modélisation MODUL’ERS pour estimer les concentrations dans les milieux, les niveaux d’expositions et les niveaux de risques sanitaires attendus liés aux substances chimiques dans l’environnement. Cet outil permet à l’utilisateur de construire un modèle d’exposition adapté au contexte dans lequel il intervient, des situations les plus simples aux plus complexes.

Agir sur le terrain

ERS_Evaluation_des_risques_sanitaires_INERIS.jpg

L’Ineris apporte son expertise sur le terrain en mettant en œuvre ses compétences pour :

  • Concevoir la stratégie de surveillance environnementale adaptée, pour assurer le suivi des polluants dans différents milieux (eau superficielle et souterraine, sol et gaz du sol,  air ambiant et air intérieur...) ;
  • Modéliser le comportement des polluants et des transferts entre les différents compartiments environnementaux (air, eau, sols, plantes) ;
  • Apporter une expertise toxicologique

Réduire les inégalités environnementales

La prise en compte des inégalités environnementales dans les politiques publiques nécessite le développement d’outils opérationnels de diagnostic. L’Institut a ainsi développé la Plateforme d’analyse des inégalités environnementales (PLAINE) qui permet une représentation intégrée et spatialisée des expositions et du risque sanitaire
PLAINE a permis d’élaborer un premier atlas régional des inégalités environnementales intégrant l’exposition à quatre métaux (cadmium, plomb, nickel et chrome).
Des modèles permettent d’agréger inhalation, ingestion ou autres incorporations, pour estimer la  charge de l’ «organe cible » quelle que soit la voie d’exposition.  

La plateforme PLAINE est également mise en œuvre pour le développement de méthodes fondées sur le concept d’exposome, au cœur du troisième Plan nationale santé-environnement. L’exposome fait la synthèse entre la contamination des milieux qui va permettre d’approcher l’exposition des populations (dose externe)  et le biomonitoring (biomarqueurs) pour  mieux rendre compte de la réalité biologique des doses aux organes (doses internes).

Share