Rentrée scolaire et reprise des activités : consommez en vous informant

rentree.jpg
La rentrée scolaire de septembre et la reprise d’activité s’accompagnent souvent de nouveaux achats : vêtements, matériels scolaires pour les enfants et les étudiants, équipements sportifs, nouvelle décoration et équipements pour la maison ou le bureau… Pourtant, certains de ces objets peuvent contenir des substances extrêmement préoccupantes (SVHC), souvent mal connues et la réglementation vous donne le droit d’avoir accès à cette information. L’Ineris vous propose un focus sur ces dispositions.

Ces objets et articles qui constituent notre quotidien peuvent contenir des substances extrêmement préoccupantes (SVHC). Les consommateurs peuvent exercer leur « droit de savoir » sur la possible présence de SVHC dans leurs achats de rentrée, et ainsi les adapter ou utiliser ces articles en connaissance de cause. Ce droit de savoir est prévu par le règlement Reach (article 33).

L’utilisation des substances extrêmement préoccupantes

Les SVHC se retrouvent dans les objets du quotidien, car certaines substances sont nécessaires pour assurer leur design ou leur bon fonctionnement.
Ces substances sont utilisées pour leurs bénéfices et propriétés englobantes, résistantes aux chaleurs intenses ou aux acides, à l’eau et aux graisses... Ces propriétés expliquent leur présence dans nombre de produits de consommation et applications industrielles. Ainsi, les additifs plastifiants comme les phtalates, dans le plastique des jouets et fournitures scolaires, améliorent sa flexibilité et le rendent plus modelable. Dans le textile, un plastifiant est un enduit destiné à le rendre plus résistant, le protéger contre l'usure et les éléments extérieurs. D’autres substances rendent l’article plus solide, résistant ou en assurent la sécurité, à l’instar des retardateurs de flammes dans les meubles. 

Néanmoins, certaines substances ont parfois des effets non-intentionnels sur l’homme ou l’environnement. A titre d’illustration, les plastiques peuvent contenir des phtalates, identifiés comme perturbateurs endocriniens, avec des effets qui peuvent être néfastes sur la santé, en fonction de la façon dont nous y sommes exposés. Une liste de 209 substances sont identifiées comme « extrêmement préoccupantes » (SVHC).
Comme le stipule le règlement Reach, les SVHC doivent être contrôlées et substituées lorsque cela est possible techniquement et viable économiquement. En s’informant, le consommateur contribue à favoriser la substitution des substances.

Bientôt disponible au téléchargement, une application mobile dédiée, Scan4Chem, permettra aux consommateurs de réaliser leurs démarches en matière de demande d’information, et aux entreprises de remplir leurs obligations d’information, grâce à une interface dédiée.