Instabilités et sismicité induite dans l’ancien bassin minier de Gardanne (13)

Sismicité post-minière enregistrée dans l’ancien bassin houiller de Gardanne entre 2008 et 2015
En 2017, l’Ineris a réalisé un important travail de synthèse sur la sismicité post-minière enregistrée dans le bassin houiller de Gardanne, depuis l’ennoyage des travaux miniers en 2008. Cette année, des travaux de recherche sont lancés notamment au travers d’une thèse, pour mieux appréhender les moteurs de la sismicité et évaluer le risque sismique local.

Co-encadrée par le laboratoire Géoressources de l’Université de Lorraine, cette thèse est menée en collaboration avec le BRGM et l’IPG Paris. Elle reposera sur une approche multidisciplinaire visant intégrer le comportement hydrogéologique des travaux miniers ennoyés, ainsi que le contexte tectonique local.
Les connaissances acquises et les résultats à venir, serviront la communauté scientifique et les experts en charge de prévenir les risques d’exploitation des ressources du sol et du sous-sol susceptible de générer des instabilités et de la sismicité induite (exploitation minière, géothermie profonde, séquestration géologique de C02, stockage de déchets...).

 

Sismicité post-minière enregistrée dans l’ancien bassin houiller de Gardanne entre 2008 et 2015 (Matrullo et al. 2015)

les cercles représentent la localisation des événements sismiques, les couleurs associées correspondent à la magnitude ;
la ligne bleue au centre du bassin figure le niveau d’ennoyage dans les travaux miniers ;
les carrés ainsi que les triangles correspondent aux stations sismologiques ;
les surfaces rouges correspondent à l’emprise des anciens travaux miniers.