Textile : ces substances chimiques qui nous entourent

_MG_6251.jpg
Dans le cadre du projet LIFE AskREACH et de sa mission d’assistance sur le règlement REACH, l’Ineris participe à la sensibilisation des entreprises et des consommateurs en matière de substances chimiques préoccupantes (SVHC). Offrant des réponses pour répondre aux attentes en matière de design et d’utilisation, des substances chimiques entrent dans la fabrication des textiles. Cependant, ces bénéfices technologiques ou d’usage peuvent avoir une contrepartie et représenter des effets nocifs sur la santé et l’environnement.

Quels articles sont concernés ?

Au quotidien, nous entrons en contact avec différents types de textiles : vêtements, draps, ameublement, serviettes … Ils peuvent contenir des substances extrêmement préoccupantes (SVHC). Ces objets font alors partie des articles soumis à l’article 33 du règlement européen Reach.

 

Des SVHC dans les articles textiles, pourquoi ?

Les substances chimiques entrent en jeu dans la fabrication des textiles, afin de conférer un certain effet à l’article, pour améliorer son apparence et / ou sa praticité, comme rendre le textile plus résistant (à l’eau, aux plis, aux tâches), ou pour le colorer. Certaines de ces substances peuvent être nocives pour la santé et l’environnement à long terme :

Les phtalates sont utilisés pour assouplir les plastiques comme le polyester et sont particulièrement présents sur les dessins et les inscriptions imprimés sur les tissus.
Le formaldéhyde contribue à rendre infroissables, résistants et imperméables les vêtements.
Les PFAS (composés perfluorés) sont des tensio-actifs qui protègent les fibres des graisses et de l’humidité, facilitent le nettoyage et permettent d’obtenir des tissus imperméables.
Les alkylphenols, fréquemment utilisés, contiennent des nonylphénols, se retrouvent dans les procédés de lavage et de teinture.

Une fatalité ?

Réduire les dangers, c’est possible. REACH encadre l’utilisation des substances chimiques et interdit les substances les plus dangereuses. L’Ineris accompagne les entreprises sur la mise en application du règlement, mais aussi sur les questions de substitution.


Les consommateurs peuvent s’informer pour acheter en connaissance de cause
Il est possible pour le consommateur de se renseigner sur les articles qu’il souhaite acquérir et ainsi acheter en connaissance de cause. Grâce à l’application Scan4Chem, scanner le codes-barres et interroger les marques sur la présence de SVHC dans les objets de votre quotidien est un geste simple et gratuit.

> Pour en savoir plus

 

pied de page life.png