Recherche Centre documentaire

Informations / Librairie / Bulletins et magazines / Perseis

Résultats

1-10 sur 18
  • Contrairement aux études « mono-sites », une étude de zone prend en compte la diversité des sources : transports, industriels, agriculture, chauffage urbain,INERIS L’INERIS organise avec Adebiotech un colloque « Evaluation des expositions de l'Homme via son environnement - Nouveaux outils et aides à la décision », les 15-16 novembre à Romainville.L’analyse qualitative montre, en distinguant les périodes de vents venant soit de l’Océan Atlantique soit du Nord-Est,...
  • La première étude (Lin et al.) a été menée auprès des populations vivant à proximité de trois aéroports de l’Etat de New York (Rochester, La Guardia et Mac Arthur, mais pas Kennedy).NOUVEAUTES EN LIGNE INERIS (http://www.ineris.fr/) • Recommandations relatives au choix entre modèle analytique et numérique dans le cadre de l'étude du transfert de polluants dans les sols et les eaux souterraines (2008) • Rapport Elaboration d'étude de de (11/07/2008) :senat.fr/noticerap/2007/r07...
  • Aux Etats-Unis, le biomonitoring humain (BMH), ou biosurveillance, est un outil central d’identification, de contrôle et de prévention de l’exposition des populations aux substances chimiques.Depuis 2 à 3 décennies, de larges programmes nationaux de biomonitoring (NHANES, NHEXAS, NHATS…) permettent de suivre l’évolution de l’exposition de la population américaine à certains En Europe, le recours au BMH, seule approche permettant une mesure intégrée d’une exposition multisources...
  • Il fournit ainsi une base scientifique permettant de prendre des décisions de gestion des risques au côté d’autres critères économiques, sociologiques, psychologiques et politiques. L’intérêt de la démarche est qu’elle a fait apparaître les concepts, encore très souvent confondus dans le langage courant, de « danger » ( caractéristique intrinsèque d’une substance) et de « Elle fournit un démarche cohérente en 4 phases : identification des dangers, évaluation dela relation dose...
  • Le risque biologique recouvre les effets infectieux et non infectieux, liés aux microorganismes (virus, bactéries, protozoaires, champignons) et à leurs produits d’émission (mycotoxines) ou de dégradation (On le voit les sources sont variées, autant que la matière organique elle-même ; les effets sont très larges aussi, puisqu’ils vont du cancer aux allergies et à l’abaissement des 2 CARACTERISATION DES EMISSIONS  Airborne fungi in industrial environmentspotential agents of...
  • L’article de van Wijngaarden, E. and I. Hertz-Picciotto (p11) décrit une approche simplifiée pour l’évaluation quantitative des risques de cancer sur la base d’études épidémiologiques en milieu professionnel afin de fixer des normes professionnelles et environnementales.who.int/water_sanitation_health/dwq/g uidelines/en/ 3 CARACTERISATION DES EMISSIONS  Mesure des distributions de taille des particules ultrafines provenant des sources stationnaires de combustion fonctionnant au charbon...
  • Par exemple, vingt-quatre heures après la naissance, des atteintes neurologiques pouvaient ainsi être mises en évidence chez les nouveau-nés dont la mère avait le plus consommé des poissons contaminés en Examinés à l’âge de onze ans, les mêmes enfants présentaient une baisse moyenne de quotient intellectuel (QI) de 6,2 points, associée avec leur exposition prénatale,Olivier BLANCHARD Unité ERSA (Evaluation des Risques Sanitaires) 1 Joseph L. JACOBSON et Sandra W. JACOBSON,...
  • Elle montre que les émissions sont 27 et 24 fois plus élevées que celles provenant des incinérateurs de déchets ménagers , 53 et 49 fois plus élevées que celles des incinérateurs de déchets médicaux.A la demande du ministère chargé de la Santé, l’Institut de veille sanitaire (InVS) lance, en collaboration avec l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa),pro-environnement.com/hp.html ASTEE (Association Scientifique et  Technique pour l'Eau et l'Environnement,...
  • Traditionnellement, la démarche classique consistait à mesurer la pollution par milieu à un moment donné, en faisant l’hypothèse implicite que cette concentration suffisait à décrire le risque.Le 1er analyse l’apport des différents outils dont on dispose aujourd’hui pour évaluer l’exposition dans l’espace et dans le temps : capteurs environnementaux,Une nouvelle discipline scientifique se développe, la science des expositions ou expologie, néologisme que j’avais personnellement...
  • Ainsi, les nombreux exemples issus de la littérature scientifique montrent que les données intégrées sur une base spatiale peuvent aider à identifier un agent dangereux, à améliorer l’estimation des expositions, mais aussi mettre en évidence une corrélation entre l’exposition et l’existence d’effets sur la Enfin, l’article de Gaffney et al (2005), présente les résultats d’une étude qui a conduit à évaluer la localisation résidentielle comme un déterminant potentiel d’une exposition...