Comment protéger les installations industrielles du risque foudre ?

Foudre
Depuis le début du mois de mai 2018, la France connait des épisodes d’orages particulièrement violents et répétés. La foudre peut provoquer un suraccident technologique et avoir de lourdes conséquences sur les installations industrielles. Comment les industriels assurent la protection de leurs installations ?

Connaître les enjeux

Les dangers d’un épisode orageux et de la foudre sont principalement liés aux risques directs d’explosion ou d’incendie, eux-mêmes pouvant porter atteinte aux personnes et/ou provoquer des pollutions des milieux. Les effets indirects sont les risques de perturbations électriques et des systèmes de sécurité. Les récentes successions d’orages, que la France enregistre depuis début mai 2018, se caractérisent à la fois par une fréquence et une répétition de phénomènes violents. Elles sont accompagnées d’événements extrêmes, comme les inondations ou la grêle qui peuvent renforcer leur impact et impliquer une accidentologie spécifique, dite Natech. Dans ce contexte, comment les industriels se prémunissent du risque foudre et des risques associés ?

Risque lié à l'impact de la foudre

La réglementation foudre des ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement) est régie par l’Arrêté du 19 juillet 2011 modifiant l’arrêté du 4 octobre 2010. L’exploitant doit caractériser l’activité foudre au niveau du site industriel et la quantifier par une densité de foudroiement. Ces informations sont disponibles auprès de Météorage et doivent figurer dans l’analyse du risque foudre (ARF). Il s’agit ensuite pour lui, d’identifier les installations susceptibles d’être vulnérables en cas d’agression par la foudre et d’identifier les modalités de prévention en faisant appel à une société certifiée QUALIFOUDRE (protections contre la foudre par paratonnerres et parafoudres).

Risque inondation

Associées à la foudre, les précipitations importantes peuvent avoir elles-mêmes des effets sur les installations. Un référentiel méthodologique spécifique à la maîtrise du risque inondation dans les installations classées a été rédigé par l’Ineris. Les principaux éléments à prendre en compte dans l’étude de dangers sont la caractérisation de l’aléa inondation au niveau du site industriel et l’identification des installations susceptibles d’être affectées par l’inondation.

Cadre réglementaire

Le terme « NaTech » correspond à une forme nouvelle de risques. Contraction de naturel et technologique, il désigne les conséquences qu’une catastrophe naturelle peut avoir sur une installation industrielle. Côté risques naturels, il s’agit de phénomènes extrêmes d’inondations, de tempêtes, d’impacts de foudre, de séismes, d’épisodes de gel, d’épisodes neigeux, de sécheresses... Les risques industriels, dits technologiques, eux, sont propres aux activités des Installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) dont les établissements Seveso font partie.
Les ICPE doivent respecter les prescriptions définies par l’État et sont soumises à des inspections régulières. Pour les activités les plus dangereuses, les exploitants sont tenus de démontrer dans une étude de dangers (EDD) qu’ils ont :

  • identifié et lister les risques auxquels l’installation peut être exposée ;
  • mis en œuvre les mesures de réduction adéquates ;
  • organisé un dispositif d’intervention approprié.

Les règles fixées par le Code de l’environnement imposent aux ICPE de tenir compte des aléas naturels dans l’évaluation des risques.

Expertise de l'Ineris et certification Qualifoudre

L’Ineris a engagé ses compétences pluridisciplinaires dans la question des NaTech depuis le début des années 2000. L’adaptation au changement climatique est au cœur de son Contrat d’objectifs et de performance de l’Institut 2016-2020.
L’institut a développé un schéma de certification des acteurs de la protection foudre (fabricants de paratonnerres et de parafoudres, bureaux d’études, installateurs, vérificateurs). Il audite annuellement ces professionnels pour leur attribuer le label Qualifoudre.

Des sessions de formations certifiantes complètent le schéma de qualification.

Quelques chiffres

  • 2 000 000
    coup de foudre environ chaque année
  • 20 000
    sinistres environ, dus à la foudre dont 15 000 incendies
  • Plus de 25%
    des sites Seveso subissent au moins une agression de la foudre sur une période de 5 ans (sondage 2003). Grâce aux mesures de protection, dans 34% des cas, il n'y a aucun dégât, dans 53% des cas, les effets ne sont pas ou peu importants.