Créé en 1990, l’INERIS Institut National de l'Environnement industriel et des risques est un Établissement Public à caractère Industriel et Commercial placé sous la tutelle du ministère de l’Environnement, de l'Energie et de la Mer.

Exposition aux polluants émis par les Bougies et les Encens dans les Environnements intérieurs (Projet EBENE) - Émissions et risques sanitaires associés

20 Septembre 2017

Le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), le Laboratoire de chimie de l'environnement (LCE) de l’université d’Aix-Marseille et l’Ineris ont participé au projet EBENE (Exposition aux polluants émis par les bougies et les encens dans les environnements intérieurs) cofinancé par l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME). Les résultats de ce projet montrent qu’aucune situation préoccupante pour la santé n’est attendue en situation d’utilisation modérée de bougies et d’encens, qui correspond aux usages les plus courants. Pour réduire l’exposition des utilisateurs et limiter les risques pour la santé, le projet propose de renforcer les actions d’information vers les consommateurs sur les bonnes pratiques d’utilisation. Ces résultats viennent compléter et confirmer de premiers travaux réalisés en 2015 par l’Ineris sur l’impact des encens sur la qualité de l’air intérieur.

 

Consulter la page du ministère de la Transition écologique et solidaire sur la réduction de l’exposition aux principales sources de pollution de l’air intérieur.

 

Réalisé dans le cadre du programme Ademe Connaissances, réduction à la source et traitement des émissions dans l’air (CORTEA) et piloté par le CSTB, le projet EBENE poursuit et élargit l’analyse que l’Ineris a réalisé sur une vingtaine d’encens. L’Institut a étudié en 2015 l’exposition des populations à des polluants intérieurs émis par ces encens et le risque potentiel pour la santé qui en découlerait. Ce travail, qui porte sur plusieurs scénarios d’exposition différents, est fondé sur des mesures de concentrations effectuées par le CSTB dans une maison expérimentale (MARIA). Ces travaux ont permis d’identifier les substances émises les plus préoccupantes, d’apprécier les enjeux associés et de proposer de bonnes pratiques visant à diminuer les expositions.

Sur la base de cette même méthode de mesures et d’analyse sanitaire, le projet EBENE a porté non seulement sur une dizaine d’autres encens mais aussi sur une dizaine de bougies parfumées. Le projet a ainsi permis d’acquérir des connaissances sur les émissions dans le cadre de l’utilisation de ces produits, notamment les émissions de particules en suspension.

 

Un risque sanitaire non préoccupant en situation d’usage modéré associé à des bonnes pratiques

 

Du point de vue sanitaire, le projet EBENE a permis de montrer qu’aucune situation préoccupante n’est attendue pour les expositions chroniques associées aux usages les plus courants de bougies et d’encens. En particulier, une utilisation modérée d’encens (par exemple : deux fois par mois) suivie d’une aération de l’habitation ne présente pas de caractère préoccupant.

Il a également été mis en évidence que certaines pratiques (fréquence et durée d’utilisation élevées, plusieurs produits utilisés simultanément, etc.) et certaines caractéristiques environnementales (faible volume de la pièce, faible taux de renouvellement d’air, etc.) peuvent conduire à des expositions chroniques dépassant les valeurs repères sanitaires usuelles, principalement pour les encens, ce qui suggère un besoin de limiter ce type d’expositions.

Enfin, certains désodorisants combustibles ont généré des expositions de court terme (1h) dépassant les valeurs sanitaires retenues dans le cadre du projet. Ce résultat suggère une nécessité de limiter l’utilisation des produits les plus émissifs.

 

Une meilleure connaissance des polluants prioritaires et des moyens de les mesurer

 

L’Ineris a contribué à la phase d’évaluation des concentrations dans la maison expérimentale MARIA, en apportant ses compétences sur la mesure des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), ainsi que leurs dérivés nitrés et oxygénés (NHAP et OHAP), en phase gazeuse et particulaire.

Au global, le projet EBENE a permis d’établir la liste des substances d’intérêt prioritaires associées aux émissions de bougies et encens : le benzène, les particules fines, et dans une moindre mesure, l’acétaldéhyde, le formaldéhyde et l’acroléine. Concernant les effets toxicologiques associés à des expositions au benzène et aux particules, les premiers effets observés comprennent des irritations respiratoires et oculaires, des céphalées et des nausées. Par ailleurs, le benzène est une substance classée cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

En parallèle, le projet EBENE a permis de comparer les performances de plusieurs méthodologies de mesures d’émissions en laboratoire, fondées sur l’utilisation de différents types de chambre d’émission. À l’aide d’une simulation, réalisée par l’Ineris, des concentrations dans l’air intérieur ont été calculées à partir des émissions mesurées par chaque méthodologie. Le recours à la simulation a ainsi permis de rendre facilement comparables les résultats des différentes méthodes entre elles.  Les résultats montrent que ces méthodologies de mesures en laboratoire reflètent correctement les mesures obtenues dans la maison expérimentale MARIA.

 

Les principales recommandations du projet

 

A l’issue du projet, plusieurs recommandations peuvent être formulées. Il est notamment proposé de :

  • Renforcer les actions d’information vers les utilisateurs en termes de bonnes pratiques d’utilisation (usage modéré, aération régulière…) et en termes de niveaux d’émissions des produits (par exemple via un étiquetage des produits).
  • Cibler plus particulièrement l’information de certaines populations, comme les femmes enceintes, les jeunes enfants et les personnes asthmatiques
  • Réglementer la vente des produits les plus émissifs.

 

Le rapport :