Get Adobe Flash player

A Propos de PREDIMOL

 

Le projet PREDIMOL (PREDIction des propriétés physico-chimiques des produits par modélisation MOLéculaire) financé par l'Agence Nationale de la Recherche (dans le cadre de l’appel à projets 2010 « Chimie Durable – Industries - Innovation ») et labellisé par le pôle de compétitivité Axelera a démarré le 15 novembre 2010 pour une durée de trois ans. Ce projet, piloté par l’INERIS, associe à ses côtés plusieurs partenaires publics et privés (IFP Energies Nouvelles, Chimie ParisTech, le Laboratoire de Chimie Physique de Paris XI, Materials Design et Arkema).

 

D’ici à 2018, dans le cadre de l’application du règlement européen REACH (Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals), les propriétés physico-chimiques, toxicologiques et écotoxicologiques de plus de 143 000 substances pré-enregistrées devront être évaluées pour permettre leur utilisation. Compte-tenu du nombre de substances concernées, la caractérisation  expérimentale de l'ensemble des propriétés est contraignante pour des raisons de temps, de coûts, d’éthique (essais sur animaux) et de faisabilité au niveau R&D. Ainsi, le développement de méthodes prédictives, alternatives à l’expérimentation, est recommandé dans REACH.

 

L'objectif du projet PREDIMOL est de montrer que la modélisation moléculaire peut être une alternative crédible à l'expérimentation pour obtenir des données physico-chimiques manquantes pour les besoins de REACH. Plus précisément, le projet vise à développer des méthodes et modèles permettant d’estimer de manière précise, quantitative et rapide, les propriétés physico-chimiques nécessaires à l’enregistrement des substances dans REACH (annexes VII et IX), à partir  de Relations Quantitatives Structure-Propriétés (QSPR) et des méthodes de simulation moléculaire (Dynamique Moléculaire et Monte Carlo). Ce projet vise également le développement d’outils automatisés et de calculs à haut débit pour l’acquisition de données en grande quantité.

 

Un autre objectif tout aussi important du projet est de valider et faire reconnaître ces outils officiellement par les autorités en charge de l’évaluation des substances chimiques. Aussi, ils seront largement diffusés au sein des industriels et des instances d’expertise en charge de l’évaluation des dossiers REACH.