2.10 Enduction et contrecollage

2.10.1 Procédés d'enduction et de contrecollage

Habituellement, les textiles enduits et contrecollés se composent d’un support textile - un tissu, un tricot ou un non-tissé - combiné à une pellicule flexible mince de substances naturelles ou synthétiques à base de polymères.

Un textile enduit consiste en un support textile sur lequel le polymère est directement appliqué sous forme de liquide visqueux. L'épaisseur de la pellicule est contrôlée via une application au moyen d'une lame ou d'une ouverture analogue.

Un textile contrecollé consiste en un ou plusieurs supports textiles qui sont combinés à une pellicule ou une membrane de polymère préparée à l'avance. L’adhérence est réalisée au moyen d'adhésifs ou de chaleur et de pression.

Les techniques de base pour les textiles enduits/contrecollés exigent les conditions suivantes :

Dans l'industrie textile, le contrecollage des mousses à la flamme est une technique largement utilisée, une feuille de mousse thermoplastique fine préparée à l'avance est exposée à la large fente d'un brûleur à flamme situé avant les rouleaux de contrecollage. Aucun four de séchage ou de polymérisation n'est nécessaire pour ce procédé. Les émissions produites dans l'air pendant ce traitement sont fortement irritantes et peuvent provoquer des réactions allergiques chez les personnes sensibles.

Les composés et produits auxiliaires d'enduction font l'objet d'une description à la section 8.9.

2.10.2 Questions environnementales

Les principales préoccupations environnementales concernant les opérations d'enduction/contrecollage ont trait aux émissions dans l'air découlant des solvants, additifs et sous-produits contenus dans les formulations des composés d'enduction. Une distinction doit donc être faite entre les divers produits disponibles (les informations qui suivent ont été extraites de [179, UBA, 2001] ).

Poudres d'enduction

Le potentiel d'émissions des poudres d'enduction est, dans la plupart des cas, négligeable à l'exception du polyamide 6 et de ses copolymères (le monomère résiduel e-caprolactam se dégage aux températures normales du procédé). Dans certains cas, des adoucissants (souvent des phtalates) peuvent se rencontrer dans les émissions.

Pâtes d'enduction

Les émissions à partir de pâtes d'enduction proviennent principalement des additifs (sauf dans le cas du polyamide 6 mentionné ci-dessus). Ce sont principalement des :

Dispersions de polymères (formulations aqueuses)

Le potentiel d'émissions des dispersions de polymères est relativement faible par rapport aux pâtes d'enduction. Les composants qui sont responsables des émissions dans l'air sont les dispersants, les composants résiduaires de la polymérisation (en particulier, le t-butanol utilisé comme catalyseur dans les réactions de polymérisation radicalement initialisées) et les monomères découlant de la réaction incomplète pendant la polymérisation. Ces derniers sont particulièrement importants en ce qui concerne les nuisances dans l'air ambiant du lieu de travail et des odeurs. Ils incluent :

Le cyclohexène de vinyle n'est pas souvent identifié dans les rejets gazeux. Toutefois, il se forme toujours (2 + 2 produits de cyclo-addition) si l'on utilise du 1,3-butadiène.

L'acrylamide dans les rejets gazeux est souvent lié aux émissions de formaldéhyde (produits de réaction du méthylol-acrylamide).

Résines de mélamine

Les résines de mélamine sont couramment utilisées. Elles sont produites par réaction de la mélamine, du formaldéhyde et l'éthérification ultérieure avec la plupart du temps du méthanol en milieu aqueux. Les produits peuvent contenir des quantités considérables de formaldéhyde libre et de méthanol. Pendant leur application, la réaction de réticulation de la résine avec elle-même ou avec le tissu (par exemple, le coton) est initiée par un catalyseur acide et/ou la température en libérant des quantités stœchiométriques de méthanol et de formaldéhyde.

Dispersions de polymères (formulations à base de solvants organiques)

L'enduction en phase solvant n'est pas courante dans l'industrie de finition des textiles. Quand cette technique est appliquée, un matériel de traitement des rejets gazeux incluant une oxydation thermique ou l'adsorption sur charbon actif, est généralement installé.